6/27/2012 9:00:00 AM

LifeNet® shows promise in field trials in Uganda

LifeNet has undergone an extensive range of textile tests demonstrating that this polypropylene net is physically stronger than polyester and polyethylene nets. It is also part of an on-going field study carried out in conjunction with the Malaria Consortium in western Uganda, investigating durability in real-life conditions.
This study has been designed to compare existing nets with this new innovative polypropylene LLIN and involves assessing and comparing the ‘hole index’ of each group of nets over a period of more than three years. Based on this hole index, nets are grouped into categories which include: ‘excellent condition’, ‘with holes’ and ‘too torn’.

After one year, 2.3% of polyester nets and 2.6% of polyethylene were recorded in the, arguably most important, category of ‘too torn’ (i.e. no longer providing adequate protection against malaria) whereas there were 0% LifeNet found in this group. All LifeNet samples therefore continued to provide protection against malaria through the duration of this first assessment period.

Similarly, when holes caused by rodents were excluded from the assessment, 3.2% of polyethylene and 3.4% of polyester nets had holes, compared to only 1% of LifeNet samples.

In addition, biological testing conducted on one LifeNet, showing signs of particularly intensive usage (on the picture below) confirmed full efficacy meeting WHO requirements.

These preliminary results after one year of real-life use, already show a first positive trend for LifeNet to be outperforming the other nets.

Version Française.
LifeNet® produit des résultats encourageants après des essais pratiques en Ouganda.
LifeNet a été assujetti à des essais textiles poussés qui ont démontré que cette moustiquaire en polypropylène est physiquement plus résistante que les moustiquaires en polyester et en polyéthylène. Ce produit fait également partie d’une étude sur le terrain menée conjointement avec le Consortium de lutte contre le Paludisme dans la région occidentale de l’Ouganda, pour étudier sa durabilité dans des conditions réelles.
L’étude en question a été conçue dans le but de comparer les moustiquaires actuelles à cette nouvelle moustiquaire traitée longue-durée en polypropylène. Elle comprend l’évaluation et la comparaison de ‘l’indice trou’ de chaque catégorie de moustiquaires sur un délai de plus de trois ans. En fonction de l’indice-trou, les moustiquaires sont groupées en catégories telles que : ‘excellent état, ‘avec des trous’ et ‘trop déchirée’.

Au bout d’une année, 2.3% des moustiquaires en polyester et 2.6% des moustiquaires en polyéthylène ont été placées dans la catégorie, à notre avis la plus importante, de ‘trop déchirée’ (c-a-d. plus capable de protéger de façon adéquate contre le paludisme), tandis que 0% de LifeNet ne se sont retrouvées dans cette catégorie. Tous les échantillons de LifeNet ont continue à protéger les utilisateurs contre le paludisme tout au long de la première partie de l’étude.

Dans le même ordre d’idée, lorsque les trous causés par des rongeurs sont exclus de l’étude, 3.2% des moustiquaires en polyéthylène et 3.4% des moustiquaires en polyester comportaient des trous, comparé à seulement 1% d’échantillons LifeNet.

En outre, les essais biologiques menés sur une moustiquaire LifeNet ayant fait l’objet d’une utilisation évidente intense (voir image ci-dessous), ont confirmé la pleine efficacité conforme aux normes de l’OMS.

Les résultats préliminaires obtenus au bout d’une année d’utilisation réelle, indiquent d’ores et déjà une tendance positive en vertu de laquelle les moustiquaires LifeNet sont supérieures aux autres moustiquaires.