Histoire

La société Bayer est active dans le contrôle des vecteurs et dans la lutte antivectorielle depuis plus de 60 ans.

Depuis la découverte de la chloroquine Resochine en 1934, suivie du développement des carbamates et des insecticides pyréthroïdes, et ensuite de la création de partenariats avec des institutions telles que l’IVCC (Consortium pour une lutte antivectorielle innovante), Bayer a activement contribué à la lutte contre les maladies vectorielles tout au long de son histoire.

 

Chronologie : Principales activités et contributions à la gestion des maladies vectorielles

Années 1960 et début des années 1970 :  
Développement et mise sur le marché d’insecticides du groupe des carbamates comme alternatives sérieuses au DDT lors des campagnes de lutte contre le paludisme à cette époque. L’une de ces alternatives, le bendiocarbe, est toujours largement utilisée à l’heure actuelle pour lutter contre les vecteurs du paludisme résistants aux insecticides.

 

Première moitié des années 1980 :
Développement et mise sur le marché de quelques-uns des premiers insecticides pyréthroïdes (cyfluthrine et deltaméthrine, notamment) qui deviendront plus tard incontournables pour le traitement des moustiquaires imprégnées d’insecticide.

 

Fin des années 1990

  • Développement de formulations dédiées convenant pour le traitement des moustiquaires (K-Othrine SC et plus tard K-O Tab)
  • Développement de formulations spécialisées à suspension aqueuse de pyréthroïdes pour la pulvérisation spatiale basées sur la technologie FFAST (Aqua K-Othrine et Aqua Reslin Super), réduisant la dépendance aux diluants à base d’hydrocarbures.

 

Début des années 2000

  • Développement de nouvelles formulations pour la pulvérisation intradomiciliaire basées sur la deltaméthrine (K-Othrine WG)
  • Investissement dans la défense légale du bendiocarbe afin de maintenir sa disponibilité pour la pulvérisation intradomiciliaire contre les vecteurs du paludisme. Collaboration avec des fabricants de moustiquaires pour travailler au développement d’une technologie pour traiter les matériaux avec la deltaméthrine de Bayer.

 

2005 à nos jours

  • Recommandations du WHOPES concernant la famille Aqua d’insecticides pour pulvérisation spatiale, K-O Tab 1-2-3 (traitement sur site longue durée pour moustiquaires)
  • Conclusions d’accords avec l’IVCC pour le développement de nouveaux insecticides pour la santé publique et de nouvelles et plus nombreuses formulations de composés existants
  • Application d'une recommandation du WHOPES concernant une nouvelle formulation améliorée au moyen d'un polymère de la deltaméthrine (K-Othrine PolyZone) grâce à notre collaboration avec l'IVCC
  • Investissement dans des infrastructures de production en Afrique pour fabriquer le Ficam et la K-Othrine WG dans le cadre de programmes de pulvérisation intradomiciliaire locaux
  • Entre 2006 et 2015, investissement dans le développement de produits de contrôle des vecteurs pratiquement quintuplé
  • Fin 2015, soumission du premier mélange binaire d’insecticide de pulvérisation intradomiciliaire pour évaluation par le WHOPES.
  •  En avril 2018, les principales entreprises agricoles du monde (BASF, Bayer, Mitsui Chemicals, Sumitomo Chemical et Syngenta) se sont réunies lors du Sommet sur le paludisme tenu à l’occasion de la Réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM) à Londres.
  • La déclaration signée formalise la collaboration entre les innovateurs pour travailler ensemble à la poursuite des progrès dans la lutte contre le paludisme, en réaffirmant leur engagement à soutenir la recherche, le développement et la fourniture de solutions innovantes en matière de lutte antivectorielle.
  • Bayer reconnaît que le défi posé par l’éradication du paludisme est beaucoup trop vaste et complexe pour une seule entité, mais que des progrès significatifs sont possibles à partir du moment où des dirigeants engagés du secteur privé, du monde universitaire, du secteur public et des organisations non gouvernementales s’unissent de manière stratégique derrière un objectif commun
  • De fait, nombre d’entreprises agricoles de premier plan dans le monde ont joué un rôle majeur dans les progrès réalisés pour éradiquer le paludisme au cours de la dernière génération. Ensemble, les signataires de la déclaration représentent une immense richesse de savoir-faire et de capacités dans l’industrie, convoquée et soutenue par des organisations prestigieuses de premier plan. 
  • Pour Bayer, en tant que société leader dans les domaines de la santé et de l’agriculture, être signataire de la déclaration représente à la fois un honneur et une grande responsabilité.
     

     
Initiative
Bayer organise un atelier international sur la...
En savoir plus