Larvicides

Cibler les zones de reproduction des moustiques est une option souvent intéressante puisqu’un nombre relativement élevé de larves y sera concentré sur une petite surface. C’est l’inverse pour les moustiques adultes volants, dispersés sur de plus vastes surfaces.

Reconnaissant l’importance des larvicides dans la lutte contre les moustiques, Bayer Environmental Science a développé des partenariats avec d’autres fournisseurs pour allier notre grande expertise technique et notre présence dans certains pays afin de proposer des produits spécifiquement conçus et adaptés aux environnements locaux. La solution que nous proposons est illustrée ci-dessous. Pour des informations spécifiques sur les produits régionaux, contactez les agences locales compétentes.

Si tous les moustiques ont besoin d’avoir accès à de l’eau tout au long de leur cycle de vie, chaque espèce a ses propres préférences. Certaines larves de moustiques se développent dans des eaux polluées ou saumâtres, tandis que d’autres préfèrent l’eau propre. De même, les femelles de certaines espèces de moustiques pondent leurs œufs dans de petits plans d’eau (mares, empreintes de pattes d’animal, petits récipients, par exemple), tandis que d’autres préfèrent les déposer dans les zones peu profondes de plans d’eau plus importants. Le type et le nombre de sites de reproduction dans une zone déterminée sont de bons indicateurs des types de vecteurs susceptibles d’être présents (et de leur quantité/abondance/densité).

La diversité des préférences de reproduction s’illustre de manière évidente si l’on considère deux genres importants de vecteurs : Anopheles (genre contenant les vecteurs du paludisme) et Aedes (genre contenant les principaux vecteurs de la dengue et de la fièvre jaune).

  • La plupart des espèces du genre Anopheles préfèrent les eaux propres et non polluées. On retrouve leurs larves dans des marais d’eau douce ou d’eau salée, des marécages à mangrove, des rizières, des fossés herbeux, des bords de ruisseaux et rivières et dans les petites mares formées par les eaux de pluie. De nombreuses espèces affectionnent un habitat avec de la végétation, tandis que d’autres, à l’inverse, préfèrent un habitat dépourvu de toute végétation. Certaines espèces se reproduisent dans des mares ouvertes et baignées par les rayons du soleil, d’autres dans des sites ombragés en forêt, dans des trous d’arbres ou dans les aisselles des feuilles de certaines plantes.
  • Les principales espèces vectrices de maladies appartenant à la famille Aedes (Aedes aegypti et Aedes albopictus) sont reconnues comme des espèces se reproduisant dans des petits volumes d’eau (artificiels ou naturels) et des environnements tels que de l’eau de pluie dans un pneu usagé, des boîtes de conserve mises au rebut ou des récipients en plastique, des pièces automobiles à l’abandon, les soucoupes des cache-pots ou encore des sites naturels comme l’eau accumulée dans des feuilles mortes, des trous d’arbre ou des amas de cailloux.

Pour contrôler la population de moustiques, il est généralement intéressant de cibler leurs sites de reproduction où la densité de larves présentes est relativement importante sur une zone restreinte plutôt que de traiter une zone plus étendue pour éradiquer les adultes (dont la présence est plus disséminée).

Les sites de reproduction peuvent être traités en mettant en place des solutions d’ingénierie (systèmes de collecte des eaux usées, par exemple), en améliorant les conditions sanitaires (élimination des débris susceptibles de collecter l’eau de pluie) ou en menant des campagnes spécifiques de traitement par larvicides. En principe, si les premières méthodes préconisées plus haut sont appliquées correctement, les dernières n’ont plus lieu d’être. Dans de nombreuses situations, cependant, la nature de l’environnement impose de combiner plusieurs méthodes pour obtenir des résultats satisfaisants. La diversité des préférences de sites de reproduction selon les espèces peut être très problématique pour un traitement efficace, en particulier en présence de plusieurs espèces.

Produit

Substance active

Formulation type

Insecticide family

Starycide

Triflumuron

Suspension concentrate

Insect growth regulator (chitin synthesis inhibitor)

[Insérer le panneau latéral]